Au revoir 2020, l'heure du bilan

Rédigé par Alain Le Bras le 5 janv. 2021 13:26:16
Alain Le Bras

3 Min de lecture

 

      • La fin d’année marque de manière classique, l’heure des bilans. La trêve des confiseurs aide et est propice à ce type d’exercice.

        Inutile de rappeler que l’année a été marquée par la crise sanitaire Covid-19. Cette crise va marquer de manière irrémédiable et violente l’ensemble des secteurs d’activité. Au risque de revenir sur cette phrase, il y aura un “Avant” et un “Après”.

        Même si cette crise n’est pas terminée et que le bilan final est loin d’être finalisé, nous pouvons peut-être tenter de tirer quelques enseignements, surtout dans notre domaine de l’IT.

    •  
    •  
      •  

        Des tendances 2020 à travers la crise sanitaire

      •  
      •  

        La tendance majeure qui a bouleversé notre secteur et surtout nos clients, a été la généralisation brutale du Télétravail

        Ce Télétravail transforme et va changer radicalement notre rapport au travail. La crise a été un “formidable” (au sens littéral) accélérateur du Télétravail. Les conséquences de ce mode sont encore mal connues à terme (rapport aux équipes, à l’environnement, Risques Psycho-Sociaux, etc).  Le secteur de l’IT a été très sollicité sur les sujets de connectivité (accès distants, matériel, etc).

        Donc l’une des tendances de cette année a été la “Connectivité”, ou comment prolonger le bureau dans des lieux non prévus à cet usage. Globalement, le réseau (assez exceptionnel en France) a tenu le choc. Mais cette prolongation du “réseau” sur nos lieux de vie n’est pas sans conséquence. 

        L’année 2020 est donc aussi, de facto, celle de la Cybersécurité. Les infractions se sont multipliées. Certaines organisations ont subi et/ou subissent encore des attaques majeures. FireEye, Armée de Hackers de l’US Army et de la CIA, a été piraté !!! Aucun CEO ne peut désormais ignorer cette menace. Le télétravail a multiplié les failles avec la distance et cette prolongation du réseau. Personne n’est à l’abri. 

        Cette crise a également accéléré le SaaS/Cloud. Toutes nos organisations ont embrassé ce mouvement, notamment autour des offres de collaboration (Office365, Zoom, etc). Si avant, le SaaS était une option, aujourd’hui, aucun décideur ne peut ignorer cette offre avec un sérieux penchant pour ce mode de “Delivery”. Les prochaines offres devront être “SaaS compatible” sous risque de disparaître. Je voudrais, toutefois, mitiger cet engouement pour appeler à une prudence sur deux aspects :

        ⇒ L’un financier

        Certaines offres “connues” profitent de cette aubaine pour effectuer des Deals financiers importants à l’adoption et/ou renouvellement. Mon conseil est de bien négocier et contrôler les augmentations tarifaires. Certains décideurs ont connu des douches froides financières avec des factures aux montants exponentiels.

        ⇒ L’autre fonctionnel

        Certaines offres SaaS sont devenues pléthoriques et fonctionnellement diffus. L’accumulation et l’intégration des acquisitions rendent parfois troubles certaines de ces offres à terme.  Bref, on a parfois du mal à se retrouver et à comprendre la stratégie de certains. Mais le souci est que ce cumul se retrouve indubitablement sur la facture.

        Avec l'accélération des échanges, la Conformité semble également avoir trouvé sa place. La distance et les échanges des acteurs ont réclamé plus de contrôles. Nos autorités de contrôle (France et autres) ont été plus présentes et ont sanctionné plusieurs sociétés. Cette pression (non liée à la crise) ne peut être ignorée et toute organisation doit également prendre en compte tous les aspects liés aux diverses conformités.

        Une conséquence marquante et directe a été l’utilisation de la Signature Électronique. Cette technologie semble avoir enfin franchi un cap. En outre, également, cette Conformité (Sapin 2, ISO XXXX, etc) nous oblige à une certaine standardisation des processus. 

      •  

         

        Se réinventer en 2021

      •  
      • Chaque crise appelle à une mutation. Les Business Models “Anciens” vont petit à petit disparaître. Cela a toujours été le cas à chaque rupture. Pour les ESN, nos clients n’ont pas tardé à, drastiquement, réduire la voilure et ont demandé des ristournes importantes. De “partenaires”, les ESN sont redevenues “fournisseurs”. La plupart des ESN ont acquiescé sans trop avoir le choix. Sans le recours massif au chômage partiel, certaines ESN auraient certainement été dans des situations plus que critiques. Les nuages noirs risquent de s’accumuler dans les prochains mois.

        Nous devons donc nous réinventer. Mais il faut voir, dans cette situation, une opportunité de rebondir. Après la pluie, vient le beau temps…

        Le monde informatique a beaucoup été bercé par l’Innovation ces dernières années. Il est temps d’aller de l’avant. Nous tous, avons besoin que cette Innovation quitte le mode expérimental pour entrer dans une phase pratique. Ces creusets d’idées doivent nous servir à plus grande échelle. Nos partenaires Outre Atlantique ne nous attendront pas.

        Ce pré bilan peut paraître pessimiste. Détrompez-vous ! Si les nuages sont là, nous n’avons pas été touchés de plein fouet comme d’autres secteurs d’activité. 

        Chaque crise a fait émerger de nouvelles idées. Les pistes ne manquent pas et les opportunités non plus. Les ESN doivent obligatoirement se réinventer et trouver d’autres modèles pour valoriser leurs services numériques. Toutefois, la violence de la crise nous oblige à gagner en souplesse et en agilité.

        Après avoir survolé cette crise et ses conséquences sectorielles, je vais revenir, de manière égocentrique, à notre Arondor. Aujourd’hui, nous travaillons déjà sur ces nouveaux modèles business et technologiques innovants. Il nous reste encore du chemin même si la Covid nous a accélérés. Comme pour l’innovation, à nous tous de les faire grandir ensemble.

      •  
      • Nous contacter 

Sujets Gestion électronique de documents, Cloud, ECM, sécurité des données